Quand Roman Opalka voyait son avenir en blanc

1
2688

IMG_0019.jpegRoman Opalka livre ses « Passages » jusqu’au 9 octobre 2010, galerie Yvon Lambert à Paris. A 79 ans, l’artiste d’origine polonaise, qui vit et travaille en France, expose un ensemble exceptionnel de cinq Détails issus de son oeuvre « Opalka 1965/1 – ∞ ». Une occasion rare de comprendre la démarche de l’artiste conceptuel le plus assidu de l’histoire de l’art.

Opalka a programmé son oeuvre jusqu’au dernier jour de sa vie. Sa dernière toile a même déjà été vendue. Depuis 1972, il trace des nombres en blanc, tout en les énumérant à haute voix, sur des fonds qui reçoivent à chaque fois 1% de blanc supplémentaire. Les toiles sont donc désormais pratiquement blanches, et les nombres deviennent peu à peu illisibles. Cette série, inaugurée avec le chiffre 1, a dépassé les 6 666 666 millions, répartie sur plus de 230 toiles.  Objectif : 7 777 777 avant  ses 110 ans…

Dans son atelier de Thézac (Lot-et-Garonne), le peintre se photographie également après chaque journée de travail, prenant toujours la même pose. Une façon de montrer que ses cheveux ont blanchi au même rythme que ses toiles… Une expression fascinante et hypnotisante.

Une exposition à ne manquer sous aucun prétexte, Opalka figurant parmi les artistes majeurs du XXe siècle ! (Photo : autoportrait « petit point rouge

dyptique-opalka.jpg

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.