De l’art qui se mange… ou presque !

4
2909

1650435838.jpgVous vous damneriez pour une mousse au chocolat, un paquet de fraises tagadas, des nounours en guimauve ? Des créateurs –bienveillants pour votre tour de taille- se sont lancés dans la déco gourmande. Avec un résultat sans appel : mille envies, zéro calories ! Car ces objets alléchants se dévorent uniquement du regard. Ainsi, Claire Eglizeaud et Paul Moreau, deux graphistes bordelais, proposent sur leur site www.bonjourmoncoussin.com, un coussin en forme de tablette de chocolat (de 29 € à 69 €, en vente chez Bô,  8, rue saint-Merri 75004 Paris). L’illusion est parfaite. Pour un peu, on n’oserait y poser ses fesses de peur de se retrouver englué. Autre invitation à la gourmandise dès le plus jeune âge, ou pour les grands enfants que nous sommes tous restés : la lampe ourson inventée par deux designers américains, Mario Marsicano et Kevin Champeny. Elle assume pleinement la nostalgie des orgies de gélatine. Leur « Gummi-Light », conçue en caoutchouc translucide, existe en cinq couleurs acidulées et est vendue sur le site Jellio (85 €, www.jellio.com). Toujours plus ? Pourquoi ne pas coller des bonbons partout dans la maison ! C’est possible, grâce aux stickers réglisse (18 €), berlingots (18 €), et religieuse (45 €) des Louisettes (www.leslousiettes.com), devenus une de leurs spécialités. On en lècherait les murs !  Enfin, une artiste lyonnaise de 29 ans, Léopoldine Roux (www.leopoldineroux.com – photo), a créé une série de confiseries géantes : tables basses en bonbon anglais, conglomérats de chewing-gum roses surgissant du mur, macarons jaunes sertis de galettes vert olive… Sweet Art !

4 Commentaires

  1. Un bonbon sans sucre, c’est comme…à vous la suite…moi, j’ai une idée très précise, mais je n’ose pas.

  2.  » Pour un peu, on n’oserait y poser ses fesses de peur de se retrouver englué.  » (Alexia)
    Ouais, et puis faut bien l’avouer, poser ses fesses sur de la mousse au chocolat, ça fait un peu tache tout de même ! Sauf si on veut rendre hommage au ‘Merda d’Artista’ de Piero Manzoni, dans ce cas-là ça passe !

  3. Des bonbons fabuleux qu’on piquait chez l’marchand Car en sac et Minto, caramel à un franc Te raconter surtout les carambars d’antan, les cocos au lait et les vrais roudoudou qui nous coupaient les lèvres et nous niquaient les dents ……….Et se dire que les méchants c’est pas nous.

Comments are closed.